Pachinian au MEDEF: “L’Arménie se prépare à un envol”

La visite de travail du Premier ministre Nikol Pachinian en France se poursuit. Durant son deuxième jour, le chef du gouvernement a rencontré les membres du Mouvement des entreprises de France (MEDEF). Dans son discours, le Premier ministre a abordé la question du développement de l’Arménie et les priorités de l’activité économique du pays.

” Il s’est déroulé, en Arménie, une révolution nationale de velours, non-violente, qui n’est pas seulement politique mais également une révolution des valeurs. Il est important de souligner qu’en fin de compte, cette révolution n’aura aucun sens si nous échouons à atteindre une révolution économique. Nous devons assurer une percée économique pour la République d’Arménie,” a dit Nikol Pachinian, ajoutant qu’il devrait y avoir des règles claires pour ce secteur.

Le premier ministre a continué en disant qu’il était nécessaire d’être en pleine conformité avec la loi et que ce faisant, le gouvernement arménien est prêt à soutenir tous ceux qui désirent créer le plus de travail possible et donc à payer des taxes: “Nous avons commencé à réformer le code fiscal,” a-t-il précisé.

Il a également ajouté que le gouvernement fait face à un autre problème lié à la politique précédente: “ Aucune compagnie ne peut se couper de la réalité d’un pays. Nous observons que de nombreuses compagnies qui ont opérées en Arménie ont été forcées d’opérer selon les règles et les logiques existantes auparavant.” Des logiques de large corruption et de patronage, selon les dires de Pachinian.

Il a ensuite cité l’exemple du supermarché français “Carrefour”. Selon lui, Carrefour était le seul supermarché opérant légalement. Ce qui a eu pour résultat de limiter l’activité de ce géant du supermarché.

“Maintenant, je peux dire que ce processus a cessé et que l’expansion d’un processus [légal] est garanti, car tous les supermarchés fonctionnent dans le respect de la loi et il ne peut tout simplement pas y avoir d’autres options,” a ajouté Pachinian.

Cependant, le chef du gouvernement arménien insiste: l’objectif de la force exécutive n’est en aucun d’anéantir les business mais d’impliquer l’Arménie dans cette coopération avec les compagnies et rendre cette coopération plus efficace.

“Dans la plupart des cas, l’intérêt de la République d’Arménie et du peuple n’a pas été pris en compte dans les transactions entre les compagnies et le gouvernement.”

Suite à l’étude de nombreux traités entre les firmes et l’état arménien, le Premier ministre considère que les responsables politiques précédents ont agi dans “un intérêt mafieux”: “Et pour clarifier ces situations, nous avons besoin de comprendre les problèmes, trouver les réponses (…). Nous voulons être honnête dans notre relation avec les compagnies.”

 

En référence à la vision économique du gouvernement, Nikol Pachinian a dit que l’objectif de l’exécutif était de convertir l’Arménie d’un pays agraire en un pays de haute technologie. “Le secteur de l’informatique se développe dynamiquement en Arménie. Différentes compagnies sont d’ores et déjà intéressées à lancer des produits issus de la haute technologie dans notre pays. Nous invitons tous les investisseurs à prendre part à l’envol pour lequel l’Arménie se prépare,” a conclu le premier ministre.

 

Philippe Delleur, le Président du conseil des chefs d’entreprise de France pour MEDEF, a fait remarquer qu’au vu de l’existence des relations amicales historiquement établies entre les deux pays, le MEDEF est intéressé de développer et élargir sa coopération économique, renforçant ainsi les liens dans le domaine des affaires entre les deux pays. Delleur a ajouté que le Mouvement était prêt à travailler dans cette direction.